Cristina Lunghi, garante de l’égalité en entreprise

Une journée enneigée de janvier, Cristina Lunghi naît en Italie où elle passe sa petite enfance. À partir de la terminale, Cristina Lunghi poursuit ses études en France jusqu’à obtenir un doctorat en droit européen et en droit des assurances.

Cristina Lunghi débute sa carrière chez les mutualistes où elle travaille sur les politiques européennes de déréglementation et libéralisation des services financiers. Un jour à la Commission Européenne, elle tombe nez à nez avec un poster dressant le palmarès européen en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. C’est alors une grande prise de conscience pour elle : d’une part, elle réalise qu’elle ne s’est jamais aperçue que les femmes étaient omises de la déclaration universelle des droits de l’Homme et d’autre part, la France n’est classée qu’avant-dernière de ce palmarès, juste devant la Grèce.

C’est alors que Cristina Lunghi décide de mettre de côté sa carrière pour s’investir pleinement dans la création de l’association Arborus en 1995. Arborus est une ONG qui promeut les femmes aux postes décisionnels. Son action est dirigée vers la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes dans le monde à travers notamment la diffusion d’un standard européen et mondial : le label GEE&IS.

Le premier colloque de l’association, en 1995, marque l’entrée dans l’arène politique : lors de ce colloque sont invitées plusieurs ministres dont les jupettes qui viennent de se faire mettre à la porte sans raison valable. Leur médiatisation met alors en lumière l’initiative très avant-gardiste de Cristina Lunghi.

En 2003, c’est Nicole Ameline, Ministre des Droits de la Femme, qui demande à rencontrer Cristina Lunghi. La loi de Catherine Génisson sur l’égalité entre les femmes et les hommes peine à être mise en place dans les entreprises et Cristina Lunghi propose justement un label français permettant d’attester et de valoriser les entreprises oeuvrant pour cet enjeu. Ce label est alors développé pour le Ministère de Nicole Ameline.

Fort de son succès en France, et encouragée par un commissaire européen, elle crée un label étendu à l’Europe. En 2010, le label prend encore de l’envergure en devenant le GIEES : Gender Equality European & International Standard. Actuellement présent dans 37 pays, il le sera très prochainement aux États-Unis.

Les ambitions de Cristina Lunghi ne s’arrêtent pas là car elle travaille actuellement sur un projet d’éducation avec l’UNESCO. En effet, des soucis de mixité sévissent dans plusieurs secteurs et les viviers ne sont pas préparés en amont. Selon Cristina Lunghi, il y a un véritable enjeu à éduquer les enfants à l’altérité au-delà du genre.

Toute cette situation que la plupart des femmes connaissent, de suivre leur mari, de lâcher un petit peu prise, de ne pas faire attention à leurs droits, à leur retraite, etc. S’il y a vraiment un conseil que je peux donner, c’est d’être toujours très attentive à ses droits : on a des droits et il faut les utiliser.

L’intégralité de l’interview de Cristina Lunghi en podcast :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s