Lepata Mafa, la droiture comme ligne de mire

Lepata Mafa s’est toujours évertuée à protéger ses proches et à défendre leurs droits. Et c’est pourquoi elle est devenue avocate. Mais dès lors qu’elle a eu à défendre un client allant à l’encontre de ses valeurs, elle a préféré s’en tenir aux droits des affaires. Après avoir mis en place un département anti-blanchiment d’argent à la Stanbic Bank, elle est devenue directrice des affaires commerciales et de la conformité d’Orange Botswana intégrant ainsi le comité exécutif. Lepata Mafa revient sur son parcours qui dénote de sa droiture.

J’ai grandi dans un quartier peu aisé de Gaborone. Les abus sur les femmes y sont récurrents : c’est normal et acceptable de se faire battre et de tomber enceinte à 14 ans. Les femmes ne connaissent pas leurs droits et manquent de modèles féminins pour envisager un avenir différent. Très tôt, je sais que je ne veux pas de cette vie. Et je ne veux pas d’une vie ordinaire, je rêve d’une grande carrière. Je veux être capable de protéger mes proches et de me protéger. Et pour cela, j’ai conscience que je dois réussir mes études. De toute façon, j’adore étudier. C’est une échappatoire à ma vie quotidienne. Au moment de faire le choix de ma filière, le droit apparaît comme une évidence.

Du cabinet d’avocat à l’entreprise

4 ans d’études plus tard, il me tarde de travailler. Je signe un contrat dans un cabinet d’avocat avant même l’obtention de mes résultats finaux. Tout se passe très bien jusqu’à ce que je sois chargée de défendre un homme accusé de viol. C’est une mission trop difficile pour moi, en désaccord avec mes valeurs. Je décide de changer de profession.

C’est ainsi que je me tourne vers le droit des affaires, bien moins émotionnel. Je rejoins la Stanbic Bank Botswana où je crée le département dédié à la lutte contre le blanchiment d’argent et où je définis toutes les politiques qui en découlent.

Les télécommunications sont en plein essor. C’est un monde nouveau qui s’ouvre à moi, je suis obnubilée par ces nouvelles technologies. Je veux comprendre comment fonctionne mon téléphone. En 2007, je quitte le secteur bancaire pour les télécommunications en devenant responsable des affaires légales d’Orange Botswana. Cet environnement me passionne. Je passe tout mon temps libre avec les équipes techniques. Cette curiosité me pousse à élargir mon périmètre d’actions, à nouer des liens avec différentes équipes. En 2009, je deviens directrice des affaires commerciales et de la conformité, intégrant ainsi le comité exécutif. C’est la consécration ! Mes responsabilités sont décuplées : je suis désormais en charge de la législation, de la réglementation, de la gestion des risques, de l’audit interne, de la presse et de la Fondation Orange.

Avec ce rôle, les enjeux vont bien au-delà du légal et de ce à quoi j’aurais pu aspirer dans un cabinet d’avocat. Je suis capable d’avoir un impact plus important, notamment à travers la Fondation Orange où je peux agir pour une meilleure éducation des femmes. La diversité de mes tâches m’épanouit.

Le MBA pour gagner en confiance

Rejoindre le comité exécutif, c’est une sacrée pression. A l’époque, nous ne sommes que deux femmes et j’ai la sensation de devoir doublement faire mes preuves par rapport à un homme. Après près de dix années à ce poste, je décide de faire un MBA pour asseoir mon expérience. Mon talon d’Achille, c’est l’analyse numérique. Je choisis donc d’étudier la finance, la comptabilité et l’économie. C’est un véritable défi personnel que je me fixe, une façon de me prouver que je suis capable d’atteindre mes objectifs, quels qu’ils soient.

Je mène ce MBA en parallèle de mon emploi et de mon rôle de maman. Je commence avec une seule matière pour jauger ma capacité et je réussis l’examen avec succès. Je décide de me fixer deux années pour achever ce MBA. J’optimise mon organisation, je gagne en efficacité et je travaille sans relâche. 2 ans s’écoulent, objectif atteint !

Je suis très heureuse d’avoir suivi ce MBA après plusieurs années d’expérience professionnelle. Ce fut plus que bénéfique. Sur le plan professionnel, cela m’a permis d’acquérir de nouvelles compétences techniques et d’en apprendre davantage sur le rôle de manager. Aujourd’hui, ce recul théorique me permet d’être plus réfléchie et stratégique dans mes décisions. Sur le plan personnel, j’ai vraiment pris confiance en moi. Ce MBA est une assise supplémentaire pour prouver ma légitimité.

Existe-t-il un leadership féminin ?

En tant que femme, on se demande toujours si notre style de management est trop « féminin ». J’ai mis du temps à comprendre que cette question n’avait pas lieu d’être. Je suis convaincue qu’il est contre-productif de chercher à revêtir les attributs d’un(e) autre. Ma force c’est justement de garder ma personnalité : je me sens mieux dans mon environnement de travail et je suis plus performante. Un autre de mes points forts, c’est de faire preuve d’empathie. J’ai vraiment à cœur d’écouter et comprendre mes employés. Ils se sentent proches de moi et sont plus motivés à travailler pour moi. J’instaure vraiment une relation de confiance. 

Malgré tout, je pense qu’il est fastidieux pour une femme de faire ses preuves. Pour être perçue légitime en tant que leader, il ne faut jamais baisser sa garde et doublement travailler. On doit sans arrêt être dans la force de proposition. Je cherche toujours à élargir mon périmètre d’actions et acquérir de nouvelles responsabilités.

Mais rassurez-vous, je pense que l’environnement professionnel évolue dans le bon sens. On recrute de plus en plus de femmes et on leur fait de plus en plus confiance. Petit à petit, il devient plus aisé de faire sa place en tant que femme.

Les conseils de Lepata

J’ai longtemps voulu fuir mon passé. Désormais, j’ai compris que mon passé n’est qu’un pan de mon identité et que je ne suis pas cloisonnée à ce passé. Finalement, mon passé constitue une force pour moi : il m’a construite et a façonné mon système de valeurs.

De même, mon éducation ne m’a pas limitée. Je pense qu’il est important d’apprendre à se défier. Soyez curieux et osez explorer au-delà de votre zone de confort. Lisez des romans, des fictions, des essais, des documentaires, des biographies. Et si comme moi, vous n’avez pas toujours le temps de lire, pensez aux livres audio lors de vos trajets !

Dernier conseil, peut-être le plus important. Protégez ceux qui vous entourent. Aidez votre entourage à progresser et à évoluer. Personnellement, m’investir pour les autres me permet de conserver un bon équilibre psychique. Je ne serais pas heureuse si je me concentrais sur mon unique personne. Je puise ma force et mon énergie dans ma famille et mon entourage.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s