Michelle Henley & The Black Mambas, les anges gardiens de la faune

Michelle Henley, ou celle qui murmure à l’oreille des éléphants

Michelle Henley a dédié sa vie à la sauvegarde des éléphants en Afrique du Sud. Michelle Henley, lauréate du prix national de la Société pour la Faune et l’Environnement en 2013, rêvait déjà à 5 ans de devenir garde forestière. En 2003, elle a fondé Elephants Alive, organisme œuvrant pour la conservation de l’espèce en Afrique du Sud.

J’ai toujours su que je voulais travailler dans la défense des animaux. A 5 ans, je voulais devenir garde forestière. Ca s’est confirmé quand la crise du braconnage a commencé dans le pays. Je savais que pour faire mes preuves dans ce milieu, il me fallait les bons diplômes : d’abord une licence en zoologie, puis un Master et enfin un PhD à l’Université de Witwatersrand avec une spécialisation dans les éléphants sud-africains. Mes modèles, à l’époque, c’étaient Jane Goodall, Joy Adamson… Mes grands-parents possédaient tous leurs livres, j’ai même fait signer une édition originale à Jane Goodall à mes 16 ans.

Mes diplômes en poche, j’ai commencé à travailler. Avec ma mère, qui est artiste, nous nous sommes prises de passion pour l’identification des éléphants. Nous partions dans la brousse pour créer une base de données extensive, en dessinant les oreilles des éléphants que nous croisions. En effet, chaque éléphant possède une structure d’oreille unique, on peut le reconnaître grâce au dessin que les veines et les tâches forment. Ce travail d’identification était essentiel pour nous permettre de comprendre les dynamiques sociales de chaque groupe que nous analysions. Et cette analyse est passionnante, c’est presque comme des feuilletons ! Nous sommes devenues accro, en très peu de temps nous avons pu identifier 2000 individus.  

C’est en 2003 que j’ai lancé Elephants Alive. Dans le cadre de mon PhD, j’effectuais une étude terrain dans des réserves privées d’Afrique du Sud. J’avais voulu faire un débrief de mes conclusions à mes collègues, et suite à cela, une des propriétaires, Marlene McCay, m’avait contactée pour diriger un projet de recherche autour des éléphants. C’est comme ça que nous avons créé la branche sud-africaine de Save the Elephants, branche qui deviendrait ensuite Elephants Alive. Notre mission, c’est de plaider pour une coexistence harmonieuse entre éléphants et populations locales pour assurer la survie de l’espèce. Notre travail, c’est de collecter des données scientifiques pour mieux comprendre leurs mouvements et leurs besoins, et donc mieux les protéger.

Un projet qui a marqué la vie de l’association, ça a été l’opération de rapatriement d’un groupe de trois éléphants qui s’étaient échappés de leur réserve et qui détruisaient les champs de culture près des Montagnes Blyde. Les moyens conventionnels ne fonctionnaient pas, les éléphants se cachaient dans les montagnes et dans la brousse, les hélicoptères ne pouvaient être d’aucune aide. C’est devenu une opération monumentale qui a demandé des mois d’organisation. La première chose à faire a été de les empêcher de détruire les champs : la nuit, nous brûlions un mélange de chili et de fumier autour des champs, la fumée éloignait les éléphants. Puis nous avons demandé à l’un des meilleurs pisteurs du pays de les suivre à pied la journée pour mettre un collier-émetteur sur l’un des éléphants et suivre ses déplacements. Une fois leurs mouvements décryptés, nous avons sollicité 2 hélicoptères, 3 camions, les meilleurs vétérinaires du pays, pour pousser les éléphants vers un champ particulier, les endormir avec des fléchettes et enfin les transférer dans un camion jusqu’à leur réserve d’origine.

La relation entre les sud-africains et les éléphants est très particulière : les premiers sont très inquiets des conséquences que les éléphants ont sur les grands arbres. C’est pour cela que dans la période de 1967 à 1994, les abattre dans le Kruger Park paraissait comme la meilleure solution : on tuait jusqu’à 600 éléphants par an. Désormais, on a compris que c’était inutile. Le vrai danger réside dans la montée en flèche du taux de braconnage, favorisé par la hausse du prix de l’ivoire et par l’avancée de la classe moyenne en Chine, friande de la matière.

Ça a été difficile d’être une femme et de travailler dans le domaine de la préservation. Dès le début, à mes 16 ans, j’avais contacté des réserves pour leur demander de travailler en tant que garde forestière, on m’avait ri au nez et expliqué qu’on n’engageait pas de femmes rangers. Dans ce monde masculin, j’ai dû apprendre à être très ferme dans mes convictions, à être implacable. C’était la seule façon de s’en sortir lorsqu’on se retrouvait face à des obstacles. Ce qui m’a vraiment aidée, ça a été d’écouter mes instincts, ne pas lâcher prise et de toujours me remettre en question dans des situations difficiles.

Les Blacks Mambas, guerrières de la brousse

Elephants Alive a également travaillé main dans la main avec les Black Mambas. Rencontre pour mieux comprendre leur combat.

Credits: The Black Mambas APU
Credits: Lee-Ann Olwage

Black Mambas, c’est la première unité anti-braconnage au monde à être composée à 100% de femmes. Lancé en 2013, l’idée du projet est à la fois de lutter contre le braconnage mais aussi créer du lien dans les communautés locales en insistant sur les bénéfices de la conservation plutôt que du braconnage. Leur conviction, c’est que la lutte contre le braconnage ne se gagnera pas avec des armes, mais en incluant les populations locales dans la bataille et en se concentrant sur l’éducation des plus jeunes.

Au niveau de la lutte anti-braconnage, les Black Mambas ont mis au point un fonctionnement extrêmement efficace : leur système de détection se compose de patrouilles journalières à pied et en voiture, de surveillance des points d’eau et de leur possible empoisonnement, de barrages routiers pour fouiller les voitures, etc. Au niveau de la sensibilisation des populations, un programme appelé Bush Babies Environmental Education Program a été mis en place pour expliquer aux enfants, une fois par semaine, ce qu’est le braconnage, ses conséquences sur l’environnement et la nécessité de lutter contre.

The Bush Babies Environmental Education Program

Mais pourquoi uniquement des femmes ? Le fondateur a voulu offrir des opportunités à des femmes dans ce secteur dominé par des hommes, et leur permettre de gagner en visibilité. Les femmes sont recrutées dans les communautés attenantes aux réserves : le chef du village choisit des jeunes femmes parmi les familles en difficulté, avec peu de revenus, puis les questionne pour voir si leur profil peut coller, et enfin leur fait passer un test physique (20km de course par jour) pour déterminer leur capacité à mener la tâche à bien.

L’idée est surtout de créer des modèles à suivre pour les jeunes dans les communautés : le message à faire passer, c’est « quand je serai grande, je serai une Black Mamba ». Les premières réactions des familles aux recrutements ont été inquiètes : c’est un métier plutôt dangereux (surtout que les Blacks Mambas ne sont pas armées), assez physique… Mais après avoir noté les premiers succès du groupe, les communautés ont vite adopté le projet et sont les premières à pousser leurs filles à postuler.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s