Nshuti Lucy Mbabazi, digitaliser les paiements en Afrique

Fièrement panafricaine, l’ambition de Lucy Mbabazi ne connaît pas de frontières. Cette rwandaise s’est fixée un défi de taille : digitaliser la totalité des paiements en Afrique. Rendre l’Afrique financièrement autonome, c’est l’enjeu derrière ce défi. Passée par les bancs d’Harvard, Lucy a digitalisé l’économie du Rwanda, du Burundi et du Malawi en y implémentant Visa. Désormais à la tête des Push Payments chez EcoBank, elle s’attaque désormais aux 33 pays couverts par la banque, en commençant par l’Afrique francophone.

Trouver sa place

Réfugiée, Lucy passe la plus grande partie de son enfance en Ouganda. En 1998, elle retourne pour la première fois au Rwanda : le pays entame encore sa reconstruction post-génocide, elle s’y sent étrangère et ne pense ne jamais revenir y vivre. Lucy s’envole pour les Etats-Unis, elle y suit des cours de Technologie et de Management avant de débuter un premier emploi dans un bureau à Washington. Ce premier emploi ne la comble guère, elle a le sentiment de ne pas avoir trouvé sa place. En 2007, Lucy rend visite à sa famille au Rwanda : elle y découvre un tout nouveau pays à la capitale très développée, elle y retrouve aussi sa sœur qui s’engage dans l’émancipation économique des femmes rwandaises à travers une entreprise sociale. C’est le déclic pour Lucy : elle aussi souhaite participer au développement de son pays, et plus largement du continent africain. Lucy décide alors de compléter sa formation par un diplôme en affaires publiques : c’est à la prestigieuse Harvard Kennedy School of Governement qu’elle postule. Elle est acceptée et obtient même une bourse scolaire. Son précédent diplôme en technologie lui permet aussi de suivre des cours au Massachussetts Institute of Technology en amont. Son projet d’avenir s’affine avec la rencontre d’un professeur de sciences technologiques d’origine kenyane avec qui elle passe de longues heures à débattre des possibilités de développement de l’Afrique usant des nouvelles technologies.

Une ambition : rendre le continent cashless

En 2010, Lucy décide de rentrer à Kigali où elle devient conseillère pour le département technologique du Rwanda Development Board, faisant d’elle la première femme à occuper ce poste. À l’époque, son salaire est versé sur son compte bancaire américain qu’elle ne peut pas utiliser au Rwanda.

L’enjeu de digitalisation de l’économie entre particulièrement en ligne dans le cadre du développement du tourisme : comment prétendre à accroître le nombre de touristes lorsqu’il n’est pas possible de régler une nuit d’hôtel par carte bancaire ? Dans le cadre de son expansion en Afrique, Visa choisit alors le Rwanda en guise de pays pilote. Lucy est recommandée par le Rwanda Development Board et elle accepte de prendre la responsabilité de ce projet d’envergure : en quatre ans à peine, il devient possible de régler la quasi-totalité de ses achats par carte bancaire. Lucy est promue directrice opérationnelle du Rwanda, du Burundi et du Malawi. Cette expérience chez Visa fait prendre conscience à Lucy l’impact de la digitalisation des paiements. En effet, disposer de comptes bancaires et de cartes de crédit ne s’arrête pas à une praticité d’usage : si les banques disposent d’argent, elles sont capables de proposer des taux intérêts moins élevés impliquant une meilleure inclusion financière. Des paiements digitalisés permettent aussi de gagner en transparence et ainsi de lutter contre la corruption. Et enfin, il s’agit surtout d’autonomiser les économies africaines : des banques alimentées signifient que le pays n’est plus dépendant des emprunts qu’il fait à d’autres pays. En bref, rendre le continent africain cashless, c’est œuvrer à son développement économique.

Lors du World Economic Forum de 2016, Lucy est repérée par le CEO d’Ecobank qui souhaite répliquer ce qui a été fait au Rwanda dans les 33 pays africains que couvre la banque. Défi accepté pour Lucy qui prend la tête des Push Payments d’Ecobank. Actuellement, Lucy se concentre sur les pays africains francophones où la digitalisation des paiements est rendue particulièrement difficile du fait du poids des régulations liées au franc CFA.

Une ambition difficile à porter

Lucy est l’une des seules femmes à défendre et incarner la vision d’un continent africain cashless. Être la seule femme parmi une quinzaine d’hommes réfléchissant à la stratégie d’une banque n’a pas toujours été facile. Croire en ses convictions et faire entendre sa voix sont les maîtres mots.

Lucy rêve de secteur financiers, technologiques et scientifiques qui se féminisent. Donner une place nouvelle aux femmes, c’est son second moteur . À travers l’association Girls in ICT, Lucy a créé le concours Miss Geek qui récompense les innovations technologiques des femmes africaines. Lucy s’investit également au sein de l’organisation Girl Effect qui vise à émanciper les femmes en les aidant à comprendre et protéger leur corps et en leur faisant découvrir de nouvelles opportunités.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s